Ouverture des Assises des auto-entrepreneurs

  • 10 octobre 2017

J’ai été très heureuse d’être invitée à faire l’ouverture des Assises des auto-entrepreneurs organisée par la Fédération des auto-entrepreneurs afin de parler des réformes prévues et d’initier un dialogue avec ces acteurs incontournables de l’économie française.

La libération des énergies est au cœur du programme du Président de la République et des préoccupations de la majorité parlementaire dont je fais partie. En tant que membre de la commission des Finances et rapporteure spéciale pour le programme «développement des entreprises» la question de l’auto-entreprenariat et plus largement des indépendants me tient particulièrement à cœur. J’ai donc participé aux Assises de l’auto-entrepreneur le 21 septembre dernier afin de m’exprimer sur les réformes à venir et d’initier un dialogue avec ces acteurs incontournables de l’économie française.

Les auto-entreprises ont vu leur nombre augmenter de 220 000 en 2016. Auto-entrepreneurs et indépendants portent au quotidien une ambition d’excellence, d’initiative et d’investissement personnel. Ils sont à l’épicentre des transformations profondes que connait notre marché du travail dont la fin de la linéarité des parcours professionnels, de la révolution numérique et l’internationalisation de l’économie … Il est donc impensable de laisser inchangé leur régime, qui ne crée que des incertitudes et des craintes ô combien justifiée.

Conformément au projet du président de la République, nous avons donc engagé la suppression du RSI, source perpétuelle d’inquiétudes pour les auto-entrepreneurs, leur santé, leur retraite, leur famille… J’ai réaffirmé lors de mon élocution le passage progressif au régime général, prévu sur 2 ans, la mise en place de l’année blanche pour les autos entrepreneurs en 2018, l’augmentation des plafonds des régimes micro que le groupe la République en Marche porte dans le projet de loi de la Sécurité Sociale 2018.

Toutes ces réformes sont nécessaires, souhaitables et souhaitées par les professionnels concernés. Elles permettront la sortie du calvaire administratif qui bride l’initiative individuelle: je sais, en tant qu’ancienne chef d’entreprise, que l’environnement règlementaire doit d’urgence être rendu plus favorable aux entreprises innovantes.

 

La protection des indépendants des risques, que leur activité rend inévitable, et la possibilité qui doit être la leur de pouvoir échouer pour mieux repartir et innover, sont au cœur de toutes nos évolutions. Il faut pour cela maintenir les spécificités du régime. Le passage progressif au régime général ne sera donc pas synonyme de hausse de cotisations, et le pouvoir d’achat de 75% des indépendants augmentera avec ces réformes grâce aux allégements d’impôts et aux aides que nous pourrons leur fournir.

Toutes ces mutations visent à stimuler des excellences et des dynamiques afin de créer de la richesse. Les voix des indépendants seront entendues pour les nombreux projets en cours ou à venir. La simplification du quotidien et l’amélioration des rémunérations continueront d’être en ligne de mire du dialogue qui s’engage.

 

Commentaires