Intervention sur l’innovation au service de la santé

  • 10 octobre 2017

le 22 septembre dernier j’ai eu la joie d’intervenir aux Assises Nationales de Haute Sécurité Santé pour parler de l’innovation au service de la santé

La France fait aujourd’hui face à de nombreux défis en matière de santé, qui sont autant écologique démocratique, économique, que technologique. Connaissant bien le thème de la santé (domaine dans lequel j’ai travaillé au sein du ministère de la Santé), j’ai participé le 22 septembre dernier aux Assises Nationales de Haute Sécurité Santé, pour tenter de répondre aux grands enjeux du 21e siècle dans ce domaine.

Ces défis appellent des évolutions majeures et urgentes parmi lesquelles la télémédecine doit, à mon avis, tenir une place de première importance. Son développement permettrait de répondre à trois problématiques majeurs : les déserts médicaux, les questions de dépendance et celles concernant la chirurgie ambulatoire. Le recours à ce procédé, en plus d’être largement plébiscité par les Français, est reconnu par une très large majorité des médecins comme un moyen d’améliorer la qualité des soins et la prévention. La télésanté apporte également une réponse au défi économique que rencontre notre système de santé et favorise le passage à un système préventif. C’est pour ces raisons que nous nous efforcerons avec le groupe La République En Marche à l’Assemblée nationale d’ouvrir la voie à son développement grâce au PLFSS en préparation.

Si le développement de la télémédecine apporte certaines réponses, il peut aussi inspirer certaines craintes. Pourtant, comme je l’ai souligné lors de ces assises en aucun cas cette solution est synonyme d’un oubli de l’importance de la médecine de proximité et des soins primaires. Cette évolution doit être accompagnée d’une réponse aux questions de la rémunération des médecins et d’une politique favorable aux procédés et dispositifs médicaux innovants.

Ces réformes doivent être menées grâce au dialogue auquel je participerai activement, à la pédagogie et à la confiance que nous devons avoir dans le potentiel et l’excellence de notre pays dans le domaine médical.

Commentaires