C’est la rentrée !

  • 10 septembre 2019

Notre mouvement faisait sa rentrée d’été ce week-end à Bordeaux. Deux jours durant lesquels 3000 marcheurs se sont rencontrés au cours de 2 plénières et de 40 ateliers, conférences, débats et formations… sans oublier la place du village, le lieu de vie du campus, organisé autour de stands régionaux animés par les équipes locales.

Ce campus était en effet placé sous le signe des territoires. La République en Marche a souvent été critiquée pour son manque d’ancrage territorial, pour grande partie à tort puisque la caricature a tendance à gommer les efforts entrepris depuis deux ans pour moderniser un contrat de décentralisation qui, depuis des décennies, s’est contenté de déléguer des compétences sans jamais les organiser ; mais pour partie aussi à raison puisque l’élection d’Emmanuel Macron a fait élire à l’Assemblée nationale des députés qui, issus de la société civile et contraints par la nouvelle règle du non-cumul des mandats, n’avaient par définition pas de mandats locaux.

Inventer un mouvement demande du temps. S’il est une chose que nous savons depuis deux ans, c’est l’importance de ses relais locaux structurés, comme en disposaient les partis politiques avant nous. Nous pouvons heureusement compter sur un foisonnement de belles énergies et de bonnes volontés, je remercie chaque jour les Marcheurs qui bravent la météo et les mécontentements pour expliquer, sur le terrain, l’action du Gouvernement. Au mouvement de mieux les valoriser, en les faisant parler, en les écoutant, afin que nous trouvions un fonctionnement efficace.

Pour une jeune formation comme le nôtre, les territoires sont cependant encore un enjeu de développement. Comme l’a rappelé Stanislas Guerini, nous avons rénové nos statuts de façon à garder notre identité : outre l’adhésion gratuite, il importe de poursuivre la décentralisation du mouvement en y intégrant davantage de démocratie locale. Susciter l’engagement des individus, chacun à l’échelle qu’ils jugent la plus efficace, doit être notre premier objectif. C’est ce à quoi nous nous efforçons avec les programmes Action Quartiers et Action Ruralités qui aident au quotidien les citoyens à s’engager localement, mais aussi les plus de 650 Projets citoyens, 1000 Talents et le programme Toutes Politiques pour que plus de femmes se lancent en politique : les premiers résultats de ces nombreuses actions ont été présentés sur la scène du Parc des Expositions de Bordeaux.

L’enjeu du campus était ainsi de mettre en avant et en valeur l’acte II du quinquennat. Comme ont déjà pu l’expliquer le Président de la République à l’issue du Grand Débat National puis le Premier ministre lors de sa déclaration de politique générale, l’acte II, comme dans toute pièce de théâtre, ne consiste pas à changer l’intrigue ou les personnages mais à faire avancer l’action. En l’occurrence, nous abordons cette rentrée avec la conviction que nous devons davantage aller sur les territoires pour mieux expliquer notre travail : les grands chantiers qui s’annoncent – loi sur la bioéthique, réforme des retraites, lutte contre le gaspillage – vont impliquer de nous intéresser à une multitude de cas particuliers. L’agriculteur de la Drôme, l’ouvrier du Nord, le micro-entrepreneur de Paris, tout comme l’entreprise du BTP ou le magasin de grande distribution, doivent chacun pouvoir être pris en compte dans ces réformes qui ne relèvent plus tellement des grands agrégats comme la fiscalité ou le chômage mais plutôt des petites unités de vie.

C’est vers et avec vous, les Marcheurs bien sûr, mais les Français en général, celles et ceux qui veulent comprendre et expliquer – en un mot : débattre – que nous devons travailler. A l’image de ce campus, je veux faire de cette session, encore plus qu’avant, un moment d’échange. S’il faut résumer cette rentrée, c’est le moment de sortir !

Commentaires